Nicolas Gosset

Le blog de Nicolas Gosset

« Comment Friendfeed va changer Facebook », commentaire de l’article de Read Write Web 18 août 2009

Filed under: social media — Nicolas Gosset @ 13:42
Tags: , , , , ,

Revirement chez Read Write Web (RWW). Après avoir écrit deux articles à charge contre Friendfeed (Friendfeed c’est mal fin juillet et Friendfeed is dead, le lendemain du rachat par Facebook), Fabrice Epelboin nous offre une sympathique prospective sur ce que pourrait devenir Facebook, dans les 6-12 mois à venir.

Je vous recommande de lire l’article en entier sur le blog de RWW. Ici sont repris certaines parties, avec mes commentaires.

(more…)

 

100 liens sur les médias sociaux 14 août 2009

Filed under: social media — Nicolas Gosset @ 15:35
Tags: , , , , , ,
Un Wordle de mes liens sur les médias sociaux

Un Wordle de mes liens sur les médias sociaux

Un billet pour vous présenter mes 100 liens delicious sur les médias sociaux.

Le plus ancien (août 2007) : Le blog de Brian Solis, grosse source d’inspiration pour moi, notamment avec son concept de statusphere. Si vous travaillez dans les médias, les relations publiques ou la communication, les travaux de B. Solis vous intéresseront sûrement.

Parmi les cent liens, il y a aussi ce blog, qui parle de médias sociaux, sous l’angle de la psychologie sociale.

Twitter (44) : Beaucoup de comptes et d’articles, je vous recommande particulièrement celui sur l’affrontement entre Twitter et Facebook (février 2009) mais aussi cette base de données des marques présentes sur le site de microblogging.

Friendfeed (16)

Facebook (14)

Blog (7)

Marketing (7) : Notamment cet article qui explique bien pourquoi et comment la popularité et l’audience d’un contenu se jouent dès sa mise en ligne.

Bonus : vous trouverez ici une sélection de mes entrées Friendfeed sur les médias sociaux.

Bonne lecture !

 

Twitter et Friendfeed, un exemple pour comparer 23 juillet 2009

Filed under: social media — Nicolas Gosset @ 15:04
Tags: , ,

Un exemple qui démontre selon moi l’intérêt de Friendfeed

Les réactions au dernier article de Xavier Ternisien

0 commentaires sur le site du Monde, normal :-)

Sur Twitter, le débat est léger, on parle de forme, @vincentglad paye sa blague et @antoinedaccord découvre le language SMS

Sur Friendfeed, un débat sur le fond de l’article est engagé

 

Le débat de #lexpress sur Twitter 21 juillet 2009

Plutôt que de commenter le débat en direct sur Twitter, je vais essayer de donner mes impressions ici

(more…)

 

Big Tweet #5 : Les utilisateurs de Digg semblent ne pas aimer Twitter, pourquoi ? 20 juillet 2009

Filed under: social media — Nicolas Gosset @ 19:55
Tags: ,

Regarder les commentaires des utilisateurs sur ce article de Digg

Beaucoup de messages assez critique, voir haineux envers Twitter et ses utilisateurs. Peu d’arguments, alors que d’habitudes les commentaires des « Diggers » ont une véritable valeur ajoutée. Depuis 1 an,  la communauté des utilisateurs de Digg perd de son influence dans l’écosystème du web, cette perte d’influence se fait au profit des utilisateurs de Twitter

Digg a longtemps été le meilleur outil pour faire remonter la longue traine à une information, en permettant à des millions d’utilisateurs de voter pour les quelques 20 000 liens soumis tout les jour sur le site. Avec l’explosion de Twitter (aux Etats-Unis), le bébé de Kevin Rose c’est vu concurrencer par un nouvel outil beaucoup plus efficace pour le link journalism. La puissance du « Retweet » permet à un lien jugée pertinent par une communauté de remonter presque en temps réel la longue traine, la ou un lien soumis à Digg doit d’abord atteindre le stade de « popular », ce qui prend souvent plusieurs heures et nécessite pour ce lien d’être un minimum mainstream.

Twitter est déja jugée responsable de la fermeture du Digg-like francophone Scoopeo. Aux Etats-Unis, diverses études et blogs référents en matières de médias sociaux ont bien notée que Twitter avait dépassée Digg en terme de traffic, et ce dès le début de l’année… Digg a bien tentée de changer son modèle en proposant des fonctionnalités de raccourcisseur d’URL, mais sans succès pour le moment.

Autre menace : Twitter étant construit de manière ouvertes, de véritables concurrents à Digg se sont construit autour du flux de liens qui alimente la statusphère.

J’utilise les deux outils, Twitter à surpassé Digg pour le Breaking News, définitivement (notamment parceque les journalistes en sont de grands utilisateurs) Pour ce qui est de me proposer des liens pertinents Digg reste très utiles notamment avec ces différents catégories et sections (je vous recommande celle des vidéos, toujours bien fournies en pépites de tout genres) L’autre fonctionnalité intéressante est appellé « Recommended » : en fonction des articles pour lesquels vous avez voté, Digg vous en propose d’autres, qui ne sont pas encore populaires (et donc plus loin dans la longue traine) mais qui ont déja été voté par d’autres personnes qui ont des votes en commun avec vous.

D’autres articles de ce blog sur Twitter

Mes liens sur Twitter

Mes liens sur Digg

 

Un annuaire Twitter de plus de 200 journalistes français 18 juin 2009

Filed under: social media — Nicolas Gosset @ 14:28
Tags: , , , ,
Lannuaire des journalistes a servi pour établir le corpus de la Twittosphère média

L'annuaire des journalistes a servi pour établir le corpus de la Twittosphère média

Hier, en parcourant l’article de Marie Catherine Beuth sur le blog Etreintes digitales, j’ai complété mon annuaire de journalistes sur Twitter. Ils sont maintenant plus de 200, avec pour chacun, des informations sur leur(s) spécialité(s), leur(s) localisation(s) et le ou les médias pour lesquels ils travaillent.

Comment ?

Je passe beaucoup de temps sur Twitter, à chaque fois que je vois un profil avec dans la biographie « journaliste », je le bookmark sur Delicious. Si le profil propose d’autres informations, je complète avec des tags. N’étant pas journaliste, je ne vérifie ni ne recoupe ces informations. Cet annuaire n’a donc pas la prétention d’être authentique ou complet.


Où ?

L’annuaire complet

J’ai déjà écrit une première étude sur les journalistes et Twitter. Une suite va bientôt arriver.

Quoi ?

Quelques catégories :

Les Parisiens

Les étudiants

l’Express ici aussi

Les journalistes politiques

Les journalistes radios

Les journalistes économiques

Le Figaro

LCI

Les journalistes cinéma

Les photographes

Rue89

Les journalistes TV

Quand ?

J’ai commencé cet annuaire à l’automne dernier. Pour l’instant, il est gratuit et ouvert à tous, si cela devait changer, vous seriez avertis bien avant.

Pourquoi ?

Les journalistes ont un triple intérêt à utiliser Twitter. C’est à la fois un agrégateur d’information (une « source de sources »), un outil pour faire la promotion de son contenu et un moyen d’acquérir une réputation. Cet annuaire est là pour eux ; c’est aussi un bon moyen de connaître la progression de Twitter dans la profession. En toute logique, cet annuaire sert aussi à des attachés de presse qui peuvent ainsi atteindre plus facilement des journalistes lorsqu’ils se servent de Twitter dans une de leurs opérations.

 

L’émergence de la « Statusphere » 14 avril 2009

Filed under: social media,Texte/Analyse/Etude — Nicolas Gosset @ 01:03
Tags: , ,
Illustration : cc mallix

Illustration : cc mallix

J’écris ce billet après la lecture de l’article : Can the Statusphere Save Journalism ? C’est le deuxième de Techcrunch sur ce sujet. Il n’en existe pas encore de définition sur Wikipédia et pour le « dictionnaire urbain », il s’agit du groupe de célébrités qui habitent Hollywood…

Sujet émergent donc, aux contours mouvants. Essayons de le comprendre :

Une définition simple : la Statusphere est l’ensemble des messages publiés par les utilisateurs de services comme Facebook, MySpace, Friendfeed, Gtalk ou Twitter. Ces messages peuvent décrire des actions (« je mange une pomme) », des sentiments (« j’ai bien aimé le dernier film de Miyazaki »), ou des idées (« et si on donnait une amende aux députés trop absents à l’Assemblée nationale ? »).

La Statusphere est un lieu d’échange et de conversation. On y discute de politique, de culture, d’économie… en cela elle se rapproche de la blogosphère. Mais la Statusphere se caractérise aussi par son ouverture à l’ensemble du web, avec la publication de liens vers des articles, des billets de blogs ou des vidéos. La pratique du link-journalism y est donc très présente.

Qui fait partie de la Statusphere ? Toute personne qui a un compte sur Twitter ou qui a déjà mis à jour son statut Facebook. Une étude publiée en février par le PEW évalue à 11% la part des internautes adeptes du micro-blogging. Moins jeunes qu’on pourrait croire, les membres de la Statusphere sont plus mobiles (et donc moins nerds ?) que la moyenne des internautes. Les journalistes et les politiques sont particulièrement attirés par la Statusphere, pour des raisons bien différentes. Les premiers viennent y chercher de l’info « chaude » et des idées de sujets, les seconds la voient comme un nouveau canal de communication avec les électeurs, plus direct.

Quels sont les outils qui alimentent la Statusphere ? Twitter est sûrement l’outil qui symbolise le mieux cette nouvelle sphère. Des millions de messages y sont publiés tous les jours, sur tous les types de sujets. Mais ce qui alimente le plus la Statusphere, c’est Facebook. Qui n’a jamais mis à jour son statut pour signifier à ses amis qu’il avait passé un bon week-end ou au contraire qu’il en avait marre de travailler ? Le réseau social a d’ailleurs mis les statuts de ses membres au cœur de sa nouvelle architecture, preuve de l’intérêt porté par l’entreprise à ce que font et pensent ses 200 millions d’utilisateurs.

Twitter est asymétrique

Twitter est asymétrique

Un point sur la différence entre les statuts Facebook et Twitter. Je ne reviendrai pas sur la fausse polémique « Facebook va tuer Twitter » car les deux services sont radicalement différents. Quand je mets à jour mon statut Facebook, je m’adresse uniquement à mes contacts et cela de manière symétrique, alors que sur Twitter, mes messages sont publics, tout le monde y a accès et je ne suis pas « obligé » de lire les messages de mon audience. Cette asymétrie a deux conséquences :

  • L’émergence d’influenceurs, sur Twitter : certains utilisateurs vont bientôt dépasser le million de followers. L’influence d’un utilisateur se mesure aussi selon d’autres critères : est-ce qu’on lui répond souvent ? (preuve qu’on l’écoute) ; Est-ce que ses messages sont repris ? (la fameuse science du « Retweet »)
  • Une élévation du niveau de qualité des messages : pour être influent, il faut être pertinent, intéressant et réactif.

Les 3 différences entre Twitter et les statuts Facebook

Pour conclure sur ce point : Facebook est un outil de lifecasting alors que Twitter est un outil de mindcasting. Pour aller plus loin dans l’analyse, je vous recommande cet article (en anglais).

Alors qu’elle n’existait pas il y a 2 ans (ou alors de façon embryonnaire, MSN permettait déjà à ses membres de publier des statuts), comment expliquer le développement fulgurant de la Statusphere ? Deux facteurs de succès : d’une part la simplicité, par rapport à un blog, Twitter est d’une simplicité déconcertante : il faut moins de deux minutes pour s’inscrire et il n’y a ni administration ni maintenance. Au niveau de la publication c’est pareil : écrire un billet de blog demande du temps, bien plus que d’écrire 140 caractères. L’autre facteur de succès est le besoin qu’a chacun de s’exprimer, de « raconter sa vie », de donner son avis.

Alors, la Statusphere va-t-elle tuer les blogs ? Twitter sauver les journalistes ? Non, mais ce phénomène va prendre de l’ampleur dans les mois et les années à venir, non pas comme une sphère à part dans l’Internet, mais en amont de toutes les autres ; c’est là qu’il faudra être pour avoir l’info et les tendances en premier, là qu’il faudra être aussi pour pouvoir les influencer…

Pour en savoir plus :

Le Tumblr de Brian SolisSon BlogSes articles sur Techcrunch US

The Hierarchy of Tweets

Me suivre sur Twitter et sur Friendfeed.